FORUM CHRETIEN.... LA SOURCE D'EAU VIVE !
Bonjour et bienvenue sur le forum chrétien protestant " La source d'eau vive". Merci de vous présenter dans le forum dédié. A très vite !

Témoignage d'une chrétienne EN Jésus-Christ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Témoignage d'une chrétienne EN Jésus-Christ

Message  MyriamB le Sam 30 Jan 2016 - 18:32

Bonjour à tous,

Je m'appelle Myriam et je ne fais parti d'aucune assemblée religieuse. C'est un plaisir pour moi de rencontrer des personnes qui aiment parler de Jésus et de sa Parole qui Le révèle Lui. En effet, ce sera avec joie de parler de Jésus-Christ avec ceux et celles qui le voudront, et qui auront besoin de quelqu'un à leur écoute, ou bien qui cherchent à connaître Dieu, ou encore, qui se sentent perdus, seuls, désespérés, attristés, incompris etc...)

Je suis née dans une famille chrétienne. A l'époque, mes parents allaient dans une église évangélique jusqu'au jour où ils s'en sont retirés parce qu'ils sentaient un mal être en eux.

En effet, dans ce lieu ils n'apprenaient pas à connaître Jésus d'une manière intime, de Lui à eux et de eux à Lui.

En ce qui me concerne, je n'ai pas connu ce que mes parents ont vécu dans ces lieux d'assemblées, car j'étais très petite à cette époque-là. Cependant, je suis allée quelquefois fois dans des assemblées religieuses, afin d'y écouter ce qui y était prêché et de quelle manière était prêché l'Evangile.

C'est alors que j'eus beaucoup de mal à comprendre et à suivre le fil de ce que prêchaient les pasteurs dans ces assemblées. Je ne comprenais pas bien pourquoi je ne cessais d'entendre des chants, alors que je pensais que l'on me présenterait Jésus-Christ, le Fils de Dieu. J'y voyais tout un tas d'obligations, de rites qui me faisaient me sentir très mal à l'aise, parce que pour moi, Jésus ne m'obligeait jamais en rien, que ce soit payer une dîme, que ce soit le fait que j'ai à naître de nouveau, ou encore de me repentir etc...

J'entendis même un pasteur raconter une anecdote sur sa propre vie pour faire un peu rire son public. Mais je n'entendais pas parler de Jésus, de qui Il est Lui, de comment Il agit Lui etc... Non, tout était extérieur, centré sur ce que les gens devaient faire ou ne pas faire, et sur monsieur le pasteur et SES paroles bien à lui, très belles et apparentes de l'extérieur, mais malheureusement, et je ne parle ici que pour moi, cela ne m'amenait pas à connaître mon Seigneur, et cela ne m'attirait nullement à Lui par la foi.

Or, dans ces temps là, il se trouvait en moi un désir de connaître réellement Dieu, sans vraiment savoir pourquoi. Déjà, durant cette période, Il était pour moi au-dessus de tout, et Il restait tout le temps près de moi, sans que je m'en rende compte. Cela me rassurait en moi-même.

Un jour, il est arrivé que des frères et sœurs qui s'étaient rencontrés dans cette assemblée évangélique, du temps de mes parents, et qui eux aussi étaient partis de là, se sont retrouvés, et depuis ce jour-là ils se sont tous rencontrés dans leurs maisons respectives, pour faire des réunions, afin de s'édifier mutuellement et de parler de leur Seigneur commun.

C'est dans cet endroit-là que j'ai pris tout naturellement ma place, et que j'y suis encore à ce jour.

A partir de là, il s'est trouvé que j'ai commencé à connaître un peu mieux Jésus. Il se présentait à moi à Sa manière, et c'est peu à peu que je pris conscience que Sa Vie n'était d'aucune comparaison à la mienne.

Petit à petit, Jésus me montrait qui Il était, et Il me paraissait tellement bon. Plus Il se faisait connaître à moi, plus Il devenait grand à mes yeux. Tout ce qu'Il me faisait entendre de Lui, éveillait mon entendement, car j'entendais alors une Vérité qui venait d'un endroit Autre, et que je n'avais jamais connue ailleurs que par Lui. Cette vérité révélait en moi qui Il était, et elle me liait de plus en plus à Lui.

Il Se découvrait à moi peu à peu et Il répondait à beaucoup de questions que je me posais auparavant. Ses réponses étaient grandes et belles, et elles me plaisaient parce qu'il y avait en Ses réponses une Vérité qui m'attirait.

Plus Jésus m'enseignait, plus un lien se créait entre Lui et moi. C'était comme si avant Il me paraissait très loin, et que petit à petit Il se rapprochait tout près de moi.

Jésus m'amenait à voir peu à peu Ses principes d'en haut lorsqu'Il se présentait à moi. Ces principes allaient à l'opposé de ceux par lesquels je marchais jusque-là.

Les années passèrent, et Jésus me montrait toutes les beautés de son royaume d'en haut. Je m'apercevais que toutes choses venant de ce royaume d'en haut se trouvaient être à l'opposé de ce monde d'en bas.

C'est alors qu'Il me fit découvrir ce qu'était la foi. Il m'a fait le don de cette foi qui s'unit à Sa Grâce, mais je ne savais pas comment la décrire réellement. Pour moi, c'était un mot comme un autre, rien de plus.

Mais lorsqu'enfin il me montra par elle, qu'elle était le moyen de pouvoir communiquer avec Lui, qu'elle me permettait de pouvoir écouter, entendre, comprendre, voir, observer la Personne de Jésus dans Son royaume, c'est alors que tout devint grand, très grand devant moi.

C'est de cette manière que peu à peu j'ai compris que Jésus-Christ est venu à moi un jour, pour que Sa vie me pénètre et que ce soit par Sa vue à Lui qu'Il me permette de l'observer à travers son vécu sur cette terre.

C'est par la foi, qui est un don de Dieu qui s'associe entièrement à Sa Grâce, que Jésus me fit voir ce qui m'était impossible de voir par mes yeux de chairs.

Cette vue ne m'a pas été donnée pour contempler Jésus comme on peut admirer un homme dans ce monde. Non, c'est par Sa façon de Se présenter à moi d'une manière que je n'aurais jamais pu connaître au milieu de ce monde, qu'Il m'a séduite.

C'est pourquoi au début, quand les choses de Dieu sont entrées dans ma vie, j'ai commencé à m'apercevoir qu'il y avait des principes de vie selon l'homme, et des principes de vie selon Dieu. En somme, j'étais amenée à voir qu'il y avait deux manières de vivre, de marcher.

Cela dit, je voyais ces choses mais ce n'est pas pour autant que je les vivais selon Dieu. Je voyais seulement des choses par lesquelles je vivais qui étaient bonnes, et d'autres qui étaient mauvaises.

Je constatais, en effet, qu'il y avait deux manières de vivre différentes parce que Jésus se révélait en mon être intérieur, et me faisait ressentir au-dedans de moi Sa vérité, malgré que je ne la connaissais pas par la parole.

Je m'aperçois en cela, que c'est une Grâce de Dieu que de se révéler en quiconque croit en Lui, parce que même sans connaître sa parole, Il parlait en mon être intérieur me faisant voir que certaines choses par lesquelles je marchais étaient bonnes, et d'autres non.

C'est par rapport à ce que je ressentais au-dedans de moi que j'agissais tel que cela m'était montré, ou bien, que je n'agissais pas tel que cela m'était montré. En effet, je sais bien que selon ce que j'entendais de Jésus en moi, cela ne m'arrangeais pas toujours, alors je faisais comme j'en avais envie dans ces moments là, étant pourtant consciente de la chose. Mais c'est étrange comme peu de temps plus tard, je n'étais pas bien au-dedans de moi, et je regrettais d'en avoir fait qu'à ma tête, ayant vu que finalement, Celui qui me disait vrai, c'était bien le Seigneur en moi, qui me faisait entendre et voir sa vérité afin que je ne marche pas par ces mensonges qui me trompaient et qui voulaient me faire vivre d'une toute autre manière.

Avant, je ne lisais jamais la parole, parce que ce que j'aimais par-dessus tout, c'était cette manière dont le Seigneur se révélait en mon être intérieur. Cela me suffisait amplement, et c'était un lien très fort, parce que tout ce que le Seigneur me faisait entendre de Lui en moi était l'essentiel selon moi. Rien ne pouvait être au dessus de cela. En somme, la parole ne pouvait rien m'apprendre de plus sur Celui qui se révélait peu à peu en moi par une Vérité que le Seigneur me faisait ressentir, entendre, connaître de Lui intérieurement et naturellement...

En moi, des convictions s'installaient, et c'était très fort, parce que je reconnaissais bien là que celles-ci ne venaient pas de moi mais du Seigneur en moi. C'est par ces convictions que j'aimais vivre de plus en plus par cette Autre Vie.

Voilà pourquoi, au début, tout me paraissait très simple, mais il est vrai aussi que ces choses me dérangeaient quelque peu selon ce que j'entendais, ou ce que je vivais. J'aimais souvent vivre comme je l'entendais, tout en croyant en Dieu, et ceci parce que je ne connaissais pas réellement Jésus, et qu'à cause de cela, je ne vivais pas en Lui réellement non plus. Comment vivre par Lui et en Lui sans le connaître ?

Il arriva ce temps où je pensais vivre bien au-dedans de moi-même, alors qu'au fil des années qui passaient, je m'apercevais de plus en plus que tout ce que je vivais ne venait pas de Dieu mais de ma manière à vouloir vivre les choses de Dieu.

En somme, je me construisais peu à peu des vérités que je croyais venir de Dieu mais qui venaient de moi. Les convictions que j'avais au départ étaient bonnes, parce qu'elles venaient du Seigneur en moi, mais d'autres sont venues par la suite se rajouter, alors que celles-ci ne venaient pas de Jésus mais de moi.
C'est là que je vis peu à peu que j'avais réellement besoin de connaître Jésus à travers sa parole, afin que toutes convictions soient basées sur Lui et viennent de Lui, et nullement de mes faux concepts à croire ou à imaginer toutes sortes de vérités mensongères sur Lui, qui cherchent à me tromper pour me faire vivre dans ce que je crois.

C'est donc à cause de ces mensonges, qu'il arriva une période assez longue quelques temps plus tard, où je croyais vivre parfaitement bien dans le Seigneur. Or, il s'avéra que le Seigneur m'amena à voir que tout ce que je pensais être bon et venant de Dieu en moi, venait en réalité de moi, de mes propres pensées et de mes propres actes à vouloir bien faire. Je cherchais à vivre correctement, tout en m'efforçant d'agir comme le Seigneur Lui-même a agit.

Je me souviens avoir cherché à être gentille avec le monde pour faire comme Jésus, à aider mon prochain pour faire comme Jésus, à donner aux autres pour faire comme Jésus etc… Cependant, ce que je faisais là était humain mais certes pas spirituel. J'essayais de faire ce que le monde peut très bien faire lui aussi, d'une manière charnelle. Or, en cela, je n'apportais rien au monde, parce que tout venait uniquement de moi et non de Jésus en moi.
D'ailleurs, tout ce que je faisais ne me donnait toujours pas cette joie et cette paix intérieure. J'étais quelqu'un de bien pendant quelques instants, et tôt après, j'étais redevenue la même personne qu'avant.

En somme, je voulais toujours tout diriger par moi-même. C'était bien caché au-dedans de moi, mais c'en était ainsi. Cela me faisait beaucoup de mal, mais pourtant, je ne le voyais pas, je pensais que c'était normal. Je croyais que mes forces étaient utiles à Dieu, alors qu'elles ne l'étaient pas du tout, au contraire, elles m'amenaient tout droit à ma propre perte, me faisant croire que je pouvais arriver à ressembler à mon Seigneur par moi-même.

J'en étais triste de ne jamais arriver à vivre ce que le Seigneur avait vécu Lui-même. Pourtant, Lui-même me disait à travers sa parole de faire de même que Lui, mais malgré que je fasse, je me sentais mal, et impuissante au-dedans de moi. Mais alors, comment faire dans un tel cas ?! Comment vivre cette vie d'en haut si ce n'est pas ainsi, et si de plus, je suis inutile à mon Seigneur de par mes forces d'en bas ?!

Le Seigneur m'amena à voir que ce qui est d'en bas est d'en bas et que ce qui est d'en haut est d'en haut. Je ne puis me servir de quelque chose venant d'en bas pour accomplir quelque chose venant d'en haut. Cela m'était impossible.

Pourtant, je continuais d'essayer, mais en vain. Je me sentais alors de plus en plus mal, et l'orgueil cherchait à me faire chuter, à me faire dire que je pouvais toutes choses, alors qu'il n'en était rien.

Il y eut un temps où je me trouvais mal au-dedans de moi, parce que je ne cessais de regarder à moi, à ce que je suis, à ce que je faisais ou que je ne faisais pas. Il arriva que tout ce que je faisais me fût montré point par point comme étant mauvais.

Je réalisais qu'une chose était mauvaise en moi, alors je prenais la chose comme telle, mais coup après coup, il y en eut encore une, et puis une autre encore et une autre à nouveau, cela ne s'arrêtait plus. Je ne comprenais pas, je cherchais quelque chose de bon en moi, mais il m'était montré que même ce que je croyais être bon auparavant ne l'était plus désormais. Ca n'en finissait plus au point que j'avais comme un manque d'oxygène spirituel, jusqu'à en arriver à constater que tout était mauvais en moi. J'ai eu beaucoup de mal à l'admettre.

En effet, je pensais que c'en était fini à chaque fois qu'il m'était montré qu'une chose était mauvaise en moi, pourtant, je continuais à être trompée par tout un tas de mensonges qui furent mis en lumière les uns à la suite des autres. Quand cela se passe dans un temps espacé, on peut reprendre son souffle, mais là, ce n'était pas le cas, c'est pourquoi j'avais réellement ce sentiment d'un manque d'oxygène spirituel au-dedans de moi. C'est vraiment étrange de vivre ces choses, lorsque pendant tant de temps, tout allait si bien, du moins, selon ce que j'en croyais. Pour moi, j'étais quelqu'un de bien aux yeux de Dieu, mais Lui ne voyait nullement de la même manière que moi.

J'en étais très attristée, parce que ne comprenant pas et ne voyant pas pourquoi il en était ainsi soudainement, je ne cessais de me regarder. Cela me ramenait à moi, et je ne voyais plus bien le Seigneur à cause de cela, parce que mon "moi" me détournais subtilement et tout doucement de ma foi dans le Seigneur.

Dans ces moments là, j'essayais toujours de mieux faire, d'arriver à ce que je voulais moi pour vivre autrement, pour posséder cette paix et cette joie intérieure que je ne vivais pas. Mais ma chair faisait barrage, elle m'empêchait de vivre dans le Seigneur et pour le Seigneur.

La tristesse, la haine, et l'orgueil m'envahissaient, parce que je voulais, mais pourtant, je ne le pouvais pas. J'avais le désir de vouloir bien faire, mais mon pouvoir venait de moi, et c'est parce qu'il venait de moi que mon désir n'était pas sain, pur, et vrai devant Dieu.

J'attendais alors que le temps passe, me disant que ça irait mieux. Mais ça n'allait pas mieux, au contraire, ma volonté à vouloir bien faire revenait sans cesse faire barrage dans ma relation dans le Seigneur.

Il arriva alors, que le Seigneur me montra où se trouvait le problème. Oui, le problème était bien moi, et uniquement moi. En somme, il y avait en moi quelque chose qui cherchait à prendre tout pouvoir sur ma vie en Jésus-Christ. C'est pour cela que je ne vivais pas dans cette paix et cette joie intérieure. Il y avait sans cesse un affrontement permanent au-dedans de moi entre deux manières de vivre, de penser, de marcher....

Cela, je ne le voyais pas avant de connaître et de vivre réellement dans le Seigneur par la foi qui me lie à Lui. Non, avant, je vivais bien, je ne connaissais pas cette tristesse, parce que je dirigeais ma vie comme je l'entendais, tout en croyant en Dieu. Mais un jour, le Seigneur me montra qu'Il n'y avait que Lui qui peut toutes choses en quiconque croit, et que tous mes pouvoirs étaient vains, futiles, mensongers, extérieurs… malgré qu'ils me faisaient croire le contraire. C'est à cause de mon vouloir à bien faire que je vivais avec ce mal être intérieur en moi, parce que mes capacités humaines ne cessaient de me mentir, de me faire mentir aux autres ainsi qu'à moi-même vis-à-vis de ma relation en Jésus-Christ.

Lorsque le Seigneur me montra tout cela, j'ai eu beaucoup de mal à l'accepter, je ne voulais pas le reconnaître, et je ne voulais pas le croire. Pourtant, je réalisais que cela se trouva vrai en moi au fur et à mesure que le temps passa.

C'était mensonges sur mensonges qui étaient peu à peu mis en lumière en moi dans ces moments là. Le Seigneur m'avait montré qu'Il savait toutes choses de moi, et que Lui seul pouvait me libérer de ce qu'Il me montra. Mais tant que je ne reconnaissais pas ces choses qui m'étaient montrées, et que je ne les acceptais pas, le Seigneur ne pouvait pas m'en délivrer. J'en étais alors accablée durant quelques temps, mais je cherchais encore et encore à faire et à vivre par moi-même, en cas que j'y arrive peut-être. Mais c'était en vain, et ma tristesse ne cessa d'augmenter, jusqu'à en arriver à m'apercevoir que ce que j'essayais de faire me desservait plus que ne me servait.  

J'ai crié alors à l'aide devant mon Seigneur, parce qu'Il m'avait montré ce qui n'allait pas. Je croyais en Lui, en ce qu'Il allait faire en moi. Il le savait. Mais en plus de cela, Il m'avait montré comment Lui sait et peut toutes choses, contrairement à moi.

Il m'entendit et c'est ici que commença en moi un grand changement. Cela fut difficile d'un côté, et plus simple d'un autre côté. J'étais comme tiraillée, et cela m'a rendue tellement triste. Triste de sentir toutes mes forces diminuer, s'éteindre peu à peu. Je pensais que j'étais alors perdue, et que je m'éloignais de mon Seigneur. Je ne comprenais pas bien ce qu'il m'arrivait, et une grande tristesse remplissait tout mon être. Je ne voulais pas perdre mes forces, mais le Seigneur avait ce désir que je les perde afin de Le trouver Lui, et de vivre en Lui et par Lui éternellement.

Je ne sais pour quelle raison, je tenais fortement à mes capacités humaines, j'avais confiance en elles, alors qu'elles n'avaient cessées de me faire du mal, de me mentir, de chercher à m'enorgueillir. Le Seigneur le savait, et cela l'attristait certainement de me voir user de mes forces en vain, alors que Lui avait La solution pour que ma fatigue et mon épuisement à vouloir bien faire par moi-même s'estompe.

Oui, dans ces moments là, j'avais l'impression d'être réellement perdue, alors qu'en réalité, le Seigneur faisait un travail en moi qui me remplissait de Sa Vie à Lui.

Jamais je n'avais connu une telle impression de séparation entre mon Seigneur et moi. Non, jamais, parce que jusque là, tout allait parfaitement bien, il y avait moi d'un côté, et le Seigneur de l'autre. Or, le Seigneur me montra que Lui et moi sommes UN, et non l'un de ce côté-ci, et l'autre, de ce côté-là.
Elle était là la séparation, mais elle n'était nullement lorsque mes forces diminuaient par la Grâce du Seigneur en moi. C'est la foi qui m'unit à Lui et nullement ma raison humaine.

En effet, il fut difficile pour moi de voir mes capacités propres à bien faire être peu à peu remplacées par la Vie du Seigneur en moi. Mais lorsque cette Vie pleine de Grâce se révéla en moi d'une manière vraie et naturelle, tout est devenu bien plus simple, plus léger, plus vivant, plus vrai, plus grand, plus paisible etc… Rien n'était plus pareil, et qu'est-ce que j'ai aimé à ce moment là, savoir que je n'avais plus rien à faire. Qu'est-ce que j'ai aimé cette liberté qui me pénétrait et qui me faisait vivre dans une paix et une joie qui ne venait nullement de moi mais du Seigneur en moi. Ce fut tellement bon de croire sans ne plus devoir essayer de faire par moi-même.

Enfin, il n'y eut plus d'accusations, plus d'obligations, plus de conditions qui cherchaient à se faire entendre à moi, mais seulement la paix et la joie de croire en Celui qui peut tout en moi et par moi, par le moyen de la foi seule.

Oui, tout est alors devenu bien plus simple, et tout ce qui m'accablait et me chargeait d'un poids qui pesait sur mes épaules, est devenu soudainement léger.

C'est ici que, par Sa Parole, Jésus m'a fait comprendre qu'en moi se trouvait une loi qui me poussait à pécher. Oui, une loi dans laquelle se trouve ce commandement qui me disait : Tu dois faire de même que le Seigneur !! C'est en cela que je péchais, parce que j'essayais d'obéir au commandement qui se trouve en cette loi de mort pour faire de même que Jésus, au lieu de vivre naturellement par la foi en Sa parole.

Mais Jésus ne me demandait pas d'arrêter de pécher, Il ne m'accusait nullement en cela, non, mais Il me montrait que si je péchais, c'était à cause d'une loi qui me conduisait peu à peu à ma propre perte, en ce qu'au lieu de comprendre la Parole de Jésus par la foi, je cherchais à la comprendre par des œuvres à faire par mes forces d'en bas.

C'est justement parce que j'entendais Jésus dire dans la parole qu'il fallait que je fasse de même que Lui, que j'essayais de faire toutes choses par moi-même. Or, le Seigneur me montra qu'Il ne me demandait pas de faire par moi-même, mais de croire en Lui afin que Lui agisse en moi par le moyen seul de la foi.

Mais moi, dans ces moments là, je comprenais la parole d'une manière extérieure, par une vue qui me trompait, au lieu de voir cette parole dans l'Esprit, dans l'éternel et dans l'Eternel Lui-même par la foi.

C'est dans ces moments-là que Jésus m'amena à savoir discerner entre le fait de voir à travers Sa Parole, et le fait de chercher à faire ce que Sa parole me dit de faire.

C'est alors que de plus en plus, il s'est fait que lorsque je le lisais, Lui, Jésus, à travers Sa Parole, elle me montrait davantage qui Il était ; elle me faisait comprendre que toutes les pensées que je m'étais faites de Lui, étaient fausses, car elles étaient basées sur ma façon personnelle de chercher à Le connaître et de Lui ressembler, alors que Lui me faisait voir par sa parole qu'Il est rempli d'une Vie Autre, et que cette vie est pleine de Principes qui se vivent naturellement par la foi en Lui.

Avant, je ne comprenais pas cette parole que je lisais, parce que je cherchais à la comprendre avec ma tête. C'est en cela que cette parole ne m'attirait pas, et que je ne prenais aucun plaisir à la lire. Mais il s'est fait que peu à peu, cette parole s'est elle-même révélée à moi, et c'est ici que j'eus de moins en moins à user de mes propres efforts pour chercher à la comprendre. C'est désormais la parole qui se présentait à moi, et qui se faisait connaître à moi. Tout est alors devenu peu à peu plus simple, naturel, vrai, et plaisant d'observer et de voir cette parole, sans ne plus avoir à la lire par une vue totalement extérieure pour essayer de lui obéir.

-           Aujourd'hui, je prends plaisir à vivre dans cette Liberté dans laquelle il ne se trouve aucun commandement forcé, parce qu'une fois qu'on y a goûté, on ne peut plus revenir en arrière. Ce n'est pas ici une obligation, c'est seulement une grâce immense venant du Seigneur qui m'a amené à vivre naturellement en Lui et par Lui, et cela dépasse largement tout ce à quoi je croyais avant et qui me paraissait pourtant très bon.

Désormais, lorsque je me retrouve dans ce genre de situation où je ne sais pas bien ce que je dois faire ou non, Jésus me rappelle par le lien de la foi, que ce n'est pas par mes œuvres que je lui suis agréable, mais par ce don de la foi qu'Il m'a donnée, afin que Sa Parole soit vue dans ce qui est invisible, et non dans ce qui est visible.

Jésus ne cesse de me donner de Lui en me faisant comprendre, jour après jour, qu'il m'est inutile de chercher à entrer dans Son royaume en employant mes capacités humaines. En effet, cela m'est impossible.

Aujourd'hui, lorsque quelque chose me force, me commande, me dicte de faire ce que je lis dans les écritures, Jésus me rappelle à Lui en me proposant une Autre manière d'agir, qui est la Sienne.

C'est simple, car Il ne me demande que de croire en Lui, afin que ce ne soit pas moi qui cherche à faire, mais que ce soit Celui qui représente la Parole, qui fasse en moi ce qu'il m'est impossible d'accomplir par moi-même. C'est maintenant Lui qui fait en moi et par moi toutes choses.

Tout devient alors bien plus simple, naturel, et beaucoup plus léger en Lui et par Lui en moi.


Depuis que la loi et ses effets ont été dénoncés en moi, j'y vois beaucoup plus clairement, malgré que parfois, il arrive d'autres effets de cette loi en moi que je ne connaissais pas, ou plutôt, qui n'ont pas encore été mis en lumière en moi.

Cependant, quand le Seigneur me montre ces nouveaux mensonges en moi, ce sont des choses qui me paraissent petites lorsque je les compare aux anciennes, mais qui se trouvent pourtant dans cette loi de mort.

Même si selon ma vue, ça me paraît petit, cela reste quelque chose de mauvais en moi, qui me pousse à marcher par moi-même, par mes faux concepts, par quelque chose en moi qui m'amène subtilement à faire réagir ma chair, alors que cette chose qui me pousse à agir ainsi n'a pas lieu d'être en moi, c'est un mensonge.

Ce qui me paraît petit à mes yeux, est vu comme quelque chose de grand aux yeux de Dieu, parce que quelque chose d'impur reste et restera toujours quelque chose d'impur devant Dieu.

Myriam.

P.S : Je voudrais simplement redire ce que je disais au début de mon témoignage, que ce sera avec joie de parler de Jésus-Christ avec ceux et celles qui le voudront, et qui auront besoin de quelqu'un à leur écoute, ou bien qui cherchent à connaître Dieu, ou encore, qui se sentent perdus, seuls, désespérés, attristés, incompris etc...)

MyriamB

Messages : 9
Date d'inscription : 29/01/2016
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage d'une chrétienne EN Jésus-Christ

Message  Chani le Sam 30 Jan 2016 - 22:24

Bonsoir Myriam,

Sois la bienvenue sur le forum et merci d'avoir pris autant de temps pour nous donner ton témoignage.

Quand on rencontre Jésus, il y a tout un processus qui s'enclenche en chacun d'entre nous, c'est la marche vers la nouvelle naissance, marche parsemée de questions, de joies, de doutes mais aussi de certitudes. Et lorsque vraiment nous naissons de nouveau, les choses paraissent enfin plus simples, plus accessibles, plus compréhensibles. Malgré tout, tant que nous vivrons sur cette Terre, nous cotoirons le péché que nous le voulions ou non.

Dans Romains 7 particulièrement des versets 14 à 25, l'apôtre Paul nous parle ainsi des batailles entre la chair et l'Esprit ;  lui aussi, tout apôtre qu'il était, avait ses luttes.
Ce n'est pas pour rien que Jésus a dit que le Chemin qui mène à la Vie est étroit et resserré.

Bonne continuation parmi nous.

Chani

Messages : 575
Date d'inscription : 08/07/2012
Age : 60

Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage d'une chrétienne EN Jésus-Christ

Message  Emeline le Sam 30 Jan 2016 - 23:39

Merci pour ton témoignage Myriam!

Je te souhaite beaucoup de joie parmi nous!

Fraternellement en Jésus,

flower

Emeline

Messages : 606
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 58
Localisation : Dans les Alpes valaisannes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage d'une chrétienne EN Jésus-Christ

Message  gerardh le Dim 31 Jan 2016 - 11:16

_______

Bonjour,

Après la dernière partie de Romains 7 il y a Romains 8.


_________

gerardh

Messages : 906
Date d'inscription : 30/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage d'une chrétienne EN Jésus-Christ

Message  Franca le Lun 1 Fév 2016 - 9:09

bonjour et bienvenue Myriam ! flower

Franca

Messages : 1495
Date d'inscription : 21/05/2015
Age : 64
Localisation : Cressier, Suisse, près de Neuchâtel !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage d'une chrétienne EN Jésus-Christ

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 20:18


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum