FORUM CHRETIEN.... LA SOURCE D'EAU VIVE !
Bonjour et bienvenue sur le forum chrétien protestant " La source d'eau vive". Merci de vous présenter dans le forum dédié. A très vite !
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs

Quelques vérités chrétiennes fondamentales

Aller en bas

Quelques vérités chrétiennes fondamentales

Message  gerardh le Lun 19 Mar 2018 - 10:53



__


Bonjour Bungo et Clara,

Ces échanges précédents ne sont pas forcément très encourageants, mais ce ne sont en aucun cas des « questions oiseuses et des disputes de mots ». Au contraire ils touchent des questions essentielles de « notre très sainte foi » (Jude 20) sur laquelle nous devons nous édifier. Je pense que plazbovo en avait besoin. Et moi-même j’ai besoin de me remémorer les fondements de le doctrine du Christ en approfondissant ces vérités fondamentales.

Il est dommage que cela ait été verrouillé.


Bonjour plazbovo,

Wikipedia, qui certes n’est pas la meilleure source, indique : « L'Eucharistie (en grec ancien εὐχαριστία / eukharistía, « action de grâce ») est un sacrement chrétien ». Je serais d’accord pour « action de grâce », mais pas pour « sacrement ». Pour moi l’expression « sacrement » n’a pas de pertinence. Par ailleurs plus qu’une action de grâce, c’est un mémorial. De plus ce n’est pas un sacrifice. Le sacrifice de prospérité ou de paix, est le type du culte, qui est un service d’adoration (certes proche de la Cène mais pas confondu avec elle). En effet, au cours du culte, nous produisons « un sacrifice de louanges, c'est-à-dire le fruit des lèvres (= des paroles) qui confessent (ou bénissent) son nom » (Hébreux 13, 15).

« Jésus a dit "faites ceci en mémoire de moi", il te faudrait donc faire exactement comme Jésus l'a fait, et donc avec du pain sans levain si Jésus a pris du pain sans levain. Est-ce que tu penses que lors de la Pâque, Jésus a pu donner du pain levé ? (perso, je ne sais pas, je n'écarte pas cette éventualité) »

Non c’était bien du pain sans levain et c’est d’ailleurs pourquoi j’ai soulevé cette question. Mais j’y réponds en indiquant que ce peut être maintenant du pain levé et j’explique pourquoi.

« L'idée d'un vieil homme qui cohabite avec l'homme nouveau est une hérésie que tu devrais combattre à mes côtés ».

C’est le contraire qui est une funeste et grossière hérésie :
« Deux versets de la Bible mentionnent deux impossibilités absolues:
* « Celui qui est né de Dieu ne peut pas pécher » (1 Jean 3 .9).
* « La pensée de la chair est inimitié contre Dieu, car elle ne se soumet pas à la loi de Dieu, car aussi elle ne le peut pas. Et ceux qui sont dans la chair ne peuvent plaire à Dieu » (Romains 8.7-8 ).
A notre naissance, nous recevons une nature mauvaise, si mauvaise qu'il lui est impossible de se soumettre à la sainte loi de Dieu. Elle « ne peut plaire à Dieu ». Le roi David doit confesser : « J'ai été enfanté dans l'iniquité, et dans le péché ma mère m'a conçu » (Psaume 51. 5).
Mais lors de notre naissance spirituelle (ou nouvelle naissance) nous recevons par l'opération souveraine de l'Esprit, par le moyen de la parole de Dieu (Jacques 1. 18 ; 1 Pierre 1. 23), une nature entièrement différente, une « nature divine » (2 Pierre 1. 4), une nouvelle vie que l'incroyant ne possède pas (l Jean 3. 15). Le Seigneur le déclare formellement à Nicodème :
« Ce qui est né de la chair est chair ; et ce qui est né de l'Esprit est esprit (Jean 3. 6).
Le croyant possède donc deux natures :
Celle qui est née de la chair et qui, de ce fait, ne peut plaire à Dieu, et celle qui est née de l'Esprit et qui ne peut pas pécher, parce qu'elle vient de Dieu. Au chapitre 7 des Romains, nous voyons ces deux natures mentionnées ensemble, comme par exemple au dernier verset :
« Moi-même, de l'entendement (de l'esprit renouvelé, de la nouvelle naturel), je sers la loi de Dieu, mais je vois dans mes membres une autre loi qui combat contre la loi de mon entendement ».
Les deux natures dans le chrétien sont encore plus distinctes en vertu de la différence de leurs origines : l'une vient de l'homme déchu, l'autre est de Dieu, dans toute la sainteté de sa nature. L'une est humaine et souillée, l'autre divine et pure. Toute pensée ou action mauvaise dans le croyant doit donc nécessairement provenir de la vieille nature ; tout bon désir, tout acte approuvé de Dieu prend sa source dans la nouvelle.
Ce qui trouble souvent le nouveau converti, c'est qu'il ne peut faire réaliser à la chair ce que la parole de Dieu exige de quelqu'un qui est né de nouveau. En d'autres termes, il essaie d'accomplir ce que Dieu a déclaré être impossible, c'est-à-dire soumettre la chair à sa sainte loi (voyez Romains 8. 7-8 ). Il trouve que la chair veut penser aux choses de la chair, qu'elle est ennemie de la loi de Dieu et de Dieu lui-même. Or, s'il en est ainsi, plus ce croyant s'efforcera de réaliser cette impossibilité, plus grande sera sa misère. En effet, appliquer la loi à la chair pour chercher à soumettre celle-ci, ne fait que manifester qu'elle est incurable.
Il s'ensuit une lutte entièrement désespérée : toute la volonté du croyant est mobilisée pour le bien, mais le mal triomphe souvent... jusqu'au jour où, conscient de sa totale impuissance, il s'écrie: « Misérable homme que je suis, qui me délivrera de ce corps de mort? » Alors, cessant de regarder à lui-même, il se tourne vers le Seigneur qui lui montre que, non seulement il est mort pour lui sur la croix, mais que la vieille nature a trouvé sa fin judiciaire à la croix. Il peut alors rendre grâces à Dieu par Jésus Christ (Romains 7.24).

« La fraction du pain dans Actes 2, 42 désigne peut-être un repas classique. Je ne suis pas convaincu que la fraction du pain désigne le repas du Seigneur ».

Lisons le verset : « Et ils persévéraient dans la doctrine et la communion des apôtres, dans la fraction du pain et les prières ». Comment peut-on affirmer sérieusement qu’il s’agissait d’un repas classique ? Je comprendrais à la limite que l’on considère que c’est la seule fraction du pain, sans la coupe, mais même cela c’est tiré par les cheveux. Dans 1 Cor 11, les corinthiens commettaient la profanation d’assimiler ou de confondre la cène avec un repas classique. De ce fait ils risquaient un encourraient un jugement contre eux-mêmes NE DISTINGUANT PAS LE CORPS. Je m’étonne que tu persistes dans une sorte d’obstination à ne pas vouloir comprendre cela.


« Au sens du NT un commandement est toute expression de la pensée du Père ou du Christ.
Pardon mais tu sors ça d'où ? »

De la compréhension spirituelle des textes. Penses-tu vraiment que les commandements, dans le sens que leur donne notamment l’apôtre Jean, sont la même notion que les « 10 commandements » de la Loi de Moïse, qui l’on pourrait d’ailleurs plutôt traduire par « les 10 paroles » ? Tu ne m’a pas répondu sur « je vous donne un commandement nouveau, c’est que vous vous aimiez l’un l’autre, COMME JE VOUS AI AIMES » : étaient-ce des paroles légalistes ? Si l’on va plus loin dans la définition des commandements au sens du NT, quelqu’un a écrit : « les commandements du Seigneur sont exprimés par sa vie entière, par tout ce qu’il a dit et fait. Il sert de modèle à ceux qui par la foi le possèdent comme leur vie. Pour eux, toute sa vie, ses actes, ses paroles, font autorité. Donc ce que Jésus a fait ici-bas remplace les commandements de la Loi, les dépasse et fait autorité pour le chrétien ». Cela donc devrait faire autorité sur toi.



___________

gerardh

Messages : 1507
Date d'inscription : 30/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelques vérités chrétiennes fondamentales

Message  Clara le Lun 19 Mar 2018 - 11:42

Merci, Gérard, pour cette conclusion!  Mais nous pensons vraiment que nous avons fait le tour de la question.
Merci pour ta pertinence et ta patience!

_________________
Tu es bon, Seigneur, tu pardonnes! Tu es plein d'amour pour tous ceux qui t'invoquent!
Psaume 86;5
avatar
Clara
Admin

Messages : 12358
Date d'inscription : 22/06/2012
Localisation : À tes côtés...

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum